Masa 2020 : « L’état guinéen doit nous accompagner à tous les niveaux » dixit Benedi

0 1

Mohamed Ibn Abdallah Oularé aka Benedi est un opérateur culturel guinéen. Il est présent à la 11ème édition du Marché des Arts et du Spectacle d’Abidjan sous la casquette de membre du comité d’organisation. Nous l’avons rencontré ici au Masa et l’avons tendu notre micro pour quelques question.

Depuis quand venez vous au Masa et est-ce que il vous fait des ouvertures ?

Depuis 3 éditions c’est-à-dire depuis 2014. Après la guerre, le Marché des Arts et du Spectacle d’Abidjan n’existait plus. Donc en 2014 ils ont relancé le Masa avec un nouveau directeur (l’actuelle) Et c’est la que j’ai fais plusieurs rencontres de bénévoles, d’administrateurs de festival, de programmeurs, de Directeur de festival, de bookeur et cela me sert très bien aujourd’hui.

Vous au Masa en tant que membre du comité d’organisation, quel est votre rôle ici ?

Je le confirme, je suis au Masa en tant que membre du comité d’organisation. Je gére deux sites. La salle Anoumanbo de 4.500 place ou je suis avec mon frère Luc et le parking Niangouna Porquet ou la première représentation de Petit Tonton à été programmé.

La Guinée est représentée par des artistes dans différents secteurs, mais aucune autorité guinéenne n’est présente, pourquoi ?

Je ne le sais pas. Mais sa fait juste mal. Quand nous allons voir les spectacles des autres pays, on voit des autorités de chez eux présentes en salle (ambassadeur, représentant du ministère de la culture…) mais nous qui ? Personne. Nous sommes abandonnés à nous même partout où nous allons.
La Guinée est pourtant la avec des artistes comme le conteur Petit Tonton, les Ballets africains, Moh Kouyaté, N’Faly Kouyaté, le doyen Sekou Bembeya Diabaté, Sow Pedro et le groupe de danse Pokémo. Je veux juste que l’état sache qu’ils est temps de se réveiller. Il est temps de nous accompagner à tous les niveaux.
Aujourd’hui qu’on le veuille ou pas, l’état est un partenaire direct ou indirect et il faut qu’il s’implique. Aujourd’hui par la grâce de Dieu le Ministère de la Culture répond à nos courriers mais avant ce n’était pas le cas. Mais il reste encore. Ils peuvent faire mieux.
L’état a aidé nos papas, nos tanties, nos tontons je veux parler des Ballets africains c’est normal, mais il y’a d’autres talents aussi qui peuvent vendre la Guinée. C’est important qu’il soit juste avec tout le monde. Ballets, musique populaire, musique urbaine, conte, théâtre, humour, danse, peinture, mode… nous ne demandons pas des milliards, mais demandons juste des accompagnements minime qu’il soit, il le faut.

Alpha Balde envoyé spécial  
mbalde449@gmail.com

Leave A Reply

Your email address will not be published.