UGLC de Sonfonia : les mesures barrières respectées, une reprise morose !

0 63

La Guinée a repris l’enseignement ce lundi, 29 juin 2020 comme prévue par les autorités éducatives du pays après trois mois de trêve. Cette reprise qui concerne les étudiants et les élèves en classes d’examen a été effective par endroit. A l’Université Générale Lansana Conté de Sonfonia, certains étudiants et encadreurs n’ont pas dérogé à la règle.

Cependant, la mobilisation n’était pas au grand rendez-vous mais cela peut s’expliquer par le souci de respecter les mesures barrières et la distanciation physiques exigée par le gouvernement.

C’est du moins ce que l’on peut comprendre de la communication du recteur de l’Université, Pr Ahmadou Oury Kore Bah qui dresse un constat satisfaisant de cette reprise. « Mon constat est très positif lorsque je regarde la présence massive des enseignants qui sont présentas dans les classes parce-que nous avons 40 groupes pédagogiques, 6 mille 300 étudiants en licence fondamentale L3. Toutes les dispositions sont prises pour que les cours se déroulent correctement. Les groupes pédagogiques ont été démultipliés. Un enseignant qui avait par exemple 8 heures, il va faire le double voir même le triple. Ils ont pris l’engagement de le faire. Pour aujourd’hui, 1 547 étudiants sont présents. Et, tous les jours, les groupes vont se renouveler et tout le monde fera son cours ».

Les dispositifs sanitaires ont été respectés à l’UGLC de Sonfonia. Un constat confirmé par des étudiants trouvés sur place.

Salémata Diallo, étudiante en L3: « Nous avons repris dans de bonnes conditions. Nous encourageons les autres étudiants à venir reprendre les cours comme nous tout en respectant les mesures-barrières. Nous avons eu notre chef de département (qui donné le cours de Sociologie des Arts NDLR). Nous encourageons aussi les élèves en classes d’examens (Primaire et Secondaire NDLR) à suivre les cours afin de faire leurs examens ».

Soumaila Mara, étudiant en sociologie : « La reprise de ce matin se passe dans les meilleures conditions. Du portail de l’université jusqu’à dans les salles, les mesures sont respectées. Y’a une prise de température et le lavage des mains (avant d’accéder à l’enceinte de l’université NDLR), devant la salle de classe, le lavage des mains est obligatoire. Et, dans la salle comme vous venez de voir, y’a le respect de la distanciation physique ».

Cette reprise bien morose intervient dans un contexte économique difficile pour les étudiants car le transport a doublé depuis que l’Etat a décidé de réduire le nombre de personnes dans les taxis.

Récemment le collectif des étudiants des Universités publiques, privées et le collège des Étudiants de Guinée ont appelé au boycott de la reprise des cours dénonçant le manque d’accompagnement de l’Etat.

Un appel suivi par certains et ignoré par d’autres.

«Certains de nos amis se plaignent de l’augmentation du cout de transport. Donc de la maison jusqu’à l’université, y’a eu double transport. Certains n’ont pas les moyens (…) » souligne Lucien Bangoura, étudiant en L3 sociologie.

« Nous avons décidé de venir, pas parce-que nous ne soutenons pas le mouvement mais nous (sa promotion) est vers la fin. Peut-être il nous reste deux mois de cours… » Se justifie pour sa part Soumaila Mara.

Lucien invite l’Etat à être sensible au cri de cœur des étudiants. « Nous pensons que l’Etat peut faire quelque chose (pour faciliter le déplacement des étudiants) parce-que, vu l’augmentation du transport, ce n’est pas facile ».

Thiankoye (+224 621 99 15 74)

Leave A Reply

Your email address will not be published.